Le 26 mars 2019, les eurodéputés ont approuvé la réforme européenne du droit d’auteur.

L’objectif est d’adapter la législation à l’univers numérique. En effet, lors de sa création en 2001, les plateformes pouvant héberger des vidéos comme Youtube ou Facebook n’existaient pas.

Ces plateformes profitent des retombées publicitaires générées par le contenu qu’ils hébergent. Cette réforme doit permettre aux créateurs de recevoir une rétribution équitable.

Cette réforme inquiète les partisans de la liberté du web, car la mise en place de filtres qui sont censés bloquer tout ce qui est partagé sur les plateformes lorsqu’un droit d’auteur peut être violé n’est pas une solution viable.

Les filtres sont prédisposés aux erreurs offrant ainsi la possibilité de manipulation.

Les articles de la directive peuvent réduire considérablement la liberté du web.